Notre profession de foi

I. Les Saintes Écritures

La Sainte Bible fut écrite par des hommes divinement inspirés par Dieu, elle est
un exposé de la révélation de Dieu à l'homme et un trésor parfait de l'enseignement divin.
Dieu en est l'auteur, son objectif est le salut de l'homme et son contenu est sans erreur.
Elle révèle les principes par lesquels Dieu nous jugera. La Bible est et restera toujours le
point central de l'union chrétienne et l'étendard suprême sur lequel la conduite humaine,
les opinions et les principes religieux seront éprouvés. Jésus-Christ est donc le point de
départ pour toute interprétation de la Bible.

II. Dieu

Il n'existe qu'un seul et vrai Dieu vivant. C'est un être intelligent, spirituel et
personnel, il est le Créateur, le Rédempteur, le Sauveur et le Souverain de l'univers. Sa
sainteté et ses perfections sont sans limites, nous lui devons donc tout notre amour, notre
respect et notre obéissance. L'éternel Dieu se manifeste à l'homme comme Père, Fils et
Saint-Esprit, chacune de ces personnes ayant des attributs personnels distincts mais sans
aucune division en leur être, leur présence et leur nature.

A. Dieu le Père

Dieu le Père règne avec un soin providentiel sur l'univers, sur ses créatures et sur tous les
événements de l'histoire humaine selon les intentions de sa grâce. Dieu le Père est tout-puissant,
tout amour et sa sagesse est parfaite. En vérité, il est le Père de tous ceux qui
deviennent ses enfants par la foi en Jésus-Christ, il a une attitude paternelle envers toute
l'humanité.

B. Dieu le Fils

Christ est le Fils de Dieu de toute éternité. Lors de son incarnation, Jésus-Christ fut conçu
par le Saint- Esprit et il naquit de la vierge Marie. Jésus révéla la volonté de Dieu et
l'accomplit parfaitement, prenant sur lui les exigences et les besoins de la nature humaine,
s'identifiant lui- même complètement avec ses créatures sans jamais pécher. Il fut fidèle à
la loi de Dieu et par sa parfaite obéissance et sa mort sur la croix il accomplit la
rédemption pour les péchés de l'humanité.
Il est ressuscité d'entre les morts avec un corps glorieux, il apparut ensuite à ses
disciples tel qu'il était quand il vivait parmi eux avant sa crucifixion. Jésus est monté au
ciel où il est exalté à la droite de Dieu où il agit maintenant comme le seul médiateur,
ayant les deux natures divine et humaine, en lui s'établit la réconciliation entre Dieu et
l'homme. Il reviendra tout-puissant et glorieux pour juger le monde et achever sa mission
rédemptrice. Il vit présentement dans le coeur des croyants comme Seigneur vivant et
omniprésent.

C. Dieu le Saint-Esprit

Le Saint-Esprit est l'Esprit de Dieu. Il a inspiré les hommes saints du temps jadis
qui nous ont légué les Saintes Écritures. Par son illumination, il permet à l'homme de voir
la vérité, il exalte Christ, il nous convainc du péché, de la justice et du jugement. Le
Saint-Esprit appelle les hommes à venir au Sauveur et il effectue leur régénération. Il
perfectionne le caractère chrétien, réconforte les croyants et il répand sur eux les dons
spirituels dont ils se serviront pour servir Dieu à travers son Église
Le Saint-Esprit scelle le croyant jusqu'au jugement final. Il habite le chrétien, ce
qui est l'assurance qu'un jour celui-ci parviendra à la plénitude de la stature de Christ. Le
Saint-Esprit illumine et confère pleins pouvoirs aux croyants et à l'Église pour la pratique
de l'adoration, de l'évangélisation et du service de Dieu

III. L'homme

L'homme fut créé par Dieu de façon particulière, Il le créa à son image; l'homme
devint donc l'oeuvre suprême, l'apogée de la création. Au commencement, l'homme
ignorait le péché bien qu'il soit doté de la liberté d'un choix par son Créateur. Profitant
plus tard de ce libre choix, l'homme pécha contre Dieu, entraînant toute la race humaine
dans le péché. A cause de la tentation à laquelle il avait succombé, l'homme transgressa
donc le commandement divin, perdant ainsi son innocence originelle et entraînant avec
lui toute sa postérité. Cette dernière devint héritière d'une nature et d'un environnement
portés au péché. Maintenant, dès que l'homme devient capable d'une action morale, il
choisit de transgresser les lois divines ce qui le fait tomber sous le jugement divin.
Seule la grâce de Dieu peut ramener l'homme en communion avec Dieu, ce qui lui
permettra d'achever l'objectif créateur pour lequel il fut créé. La personnalité de l'homme
est sacrée, si l'on considère que celui-ci a été créé à l'image de Dieu et que le Fils de Dieu
lui-même est venu mourir pour lui. Il est donc évident que l'homme est un être pourvu
d'une dignité certaine et qu'il est digne du respect et de l'amour chrétiens.

IV. Le Salut

Le salut est le résultat de la rédemption complète de l'homme, il est offert
gratuitement à tous ceux qui acceptent Jésus-Christ comme leur Seigneur et Sauveur, qui
par son propre sang obtint la rédemption éternelle pour le croyant. Dans son sens le plus
large, le salut signifie la régénération, la sanctification et la glorification.
A. La régénération ou la nouvelle naissance est le résultat de la grâce divine par
laquelle les croyants deviennent de nouvelles créatures en Christ Jésus. C'est un
changement de vie produit par le Saint-Esprit qui nous convainc de péché, changement
auquel le pécheur répond en se repentant et en plaçant sa foi en Christ.
La repentance et la foi sont des expériences inséparables de la grâce. La
repentance, c'est rejeter sincèrement le péché et se tourner vers Dieu, tandis que la foi est
l'acceptation de Jésus-Christ et l'engagement de toute notre personne envers lui qui est
notre Seigneur et Sauveur.
B. La justification est l'acquittement total et gracieux de Dieu basé sur les
principes de sa justice envers les pécheurs qui se repentent et qui mettent leur foi en
Christ. La justification conduit le croyant à une relation marquée par la bonne grâce et la
paix avec Dieu.
C. La sanctification est l'expérience qui débutera lors de la régénération par
laquelle le croyant fut mis à part pour le plan de Dieu; il est maintenant capable de
progresser vers une perfection morale et spirituelle par la présence et le pouvoir du Saint-
Esprit vivant en lui. La croissance dans la grâce devrait continuer pendant toute la vie de
la personne régénérée.
D. La glorification est la culmination du salut et l'état final béni et durable du
racheté.

V. L'Objectif Divin de la Grâce

L'élection est le plan miséricordieux de Dieu selon lequel il régénère, sanctifie et
glorifie les pécheurs repentants. Ce plan est en accord avec le libre choix de l'homme; il
comprend tous les moyens en rapport avec la fin. C'est une glorieuse manifestation de la
bonté souveraine de Dieu, de sa sagesse infinie, de sainteté et de son immuabilité. Elle
exclut l'orgueil et favorise l'humilité.
Tout vrai croyant supportera tout jusqu'à la fin. Ceux que Dieu a acceptés en
Christ et a sanctifiés par son Esprit ne perdront jamais l'état de grâce mais ils
persévéreront jusqu'à la fin. Les croyants peuvent tomber dans le péché par la négligence
ou par la tentation, attristant ainsi l'Esprit, ce qui fait décliner leurs grâces et leur bienêtre,
déshonore la cause de Christ, attirant sur eux des jugements temporels. Cependant,
ils seront gardés par la puissance de Dieu par la foi dans le salut.

VI. L'Église

L'Église néo-testamentaire du Seigneur Jésus-Christ est une communauté locale
de croyants baptisés qui se sont associés par alliance dans une même foi et le partage de
l'Évangile, obéissant aux deux ordonnances de Christ, fidèles à son enseignement,
exerçant les dons, les droits et les privilèges dont ils furent investis par la Parole et
cherchant à propager l'Évangile aux extrémités de la terre.
L'Église est un corps autonome qui fonctionne par des processus démocratiques
sous las direction de Jésus-Christ. Dans une telle congrégation les membres sont
également responsables; ses dirigeants, selon la Bible, sont les pasteurs et les diacres.
L'évidence néo-testamentaire confirme l'existence de l'Église comme étant le
Corps de Christ, ce qui inclut tous les rachetés de tous les temps.

VII. Le Baptême et la Cène

Le baptême chez les chrétiens est l'immersion du croyant dans l'eau au nom du
Père, du Fils et du Saint-Esprit. C'est un acte d'obéissance qui symbolise la foi du
croyant en un Sauveur crucifié, enseveli et ressuscité. Cet acte symbolise aussi la mort
du croyant au péché, la séparation de son ancienne vie et sa résurrection dans une
nouvelle vie en Christ Jésus. Le baptême est aussi le témoignage de la foi du croyant en
la résurrection finale des morts. Étant une ordonnance de l'Église, le baptême est
indispensable pour être membre officiel de l'Église et pour participer à la Cène.
La Cène est aussi un acte d'obéissance symbolique par lequel les membres de
l'Église, en prenant le pain et le fruit de la vigne, commémorent la mort du Rédempteur et
anticipent son retour.

VIII. Le Jour du Seigneur

Le premier jour de la semaine est le Jour du Seigneur. C'est une institution
chrétienne qu'il faut observer régulièrement car en ce jour nous commémorons la
résurrection de Christ d'entre les morts. Il doit être observé par l'adoration et la dévotion
spirituelle tant personnelle que publique, en s'abstenant des amusements mondains et du
travail séculier, sauf du travail de première nécessité ou de miséricorde

IX. Le Royaume de Dieu

Le Royaume de Dieu comprend sa souveraineté sur l'univers et sa royauté sur les
hommes qui veulent bien le reconnaître comme Roi. Le Royaume est l'Empire du salut
dans lequel les hommes entrent quand ils croient comme des enfants et se donnent à
Jésus-Christ. Les chrétiens doivent prier et travailler pour que le Royaume de Dieu
s'accomplisse et que sa volonté soit faite sur la terre. L'accomplissement parfait du
Royaume se fera lors du retour de Christ à la fin de cette ère.

X. Les Derniers Temps

Dieu, en son propre temps et selon sa propre volonté conduira le monde à sa fin.
Tel qu'il l'a promis, Jésus-Christ reviendra personnellement et visiblement sur la terre
dans toute sa gloire; les morts ressusciteront et Christ jugera tous les hommes avec
justice. Les injustes seront jetés dans l'enfer, le lieu de punition éternelle. Les justes,
avec leur corps ressuscité et glorifié recevront leur récompense, ils demeureront pour
toujours au ciel avec le Seigneur.

XI. L'Évangélisation et l’oeuvre Missionnaire

C'est le devoir et le privilège de chaque disciple et de chaque Église du Seigneur
Jésus-Christ de s'engager à faire de toutes les nations des disciples. Quand l'esprit de
l'homme est né de nouveau par l'action du Saint-Esprit, l'amour pour son prochain est
aussi né en lui. L'effort missionnaire de la part de chacun est une obligation spirituelle de
la vie régénérée ce qui est expressément commandé, à plusieurs reprises, dans
l'enseignement de Christ. C'est un devoir pour chaque enfant de Dieu de chercher
constamment, par un effort personnel et par tout autre moyen en accord avec l'Évangile,
de mener celui qui est perdu à Christ.

XII. L'Éducation Chrétienne

L'éducation chrétienne dans le Royaume de Christ est coordonnée avec les causes
missionnaires et la bienveillance générale; elle devrait donc recevoir des églises le même
support. Un système d'écoles chrétiennes est indispensable pour que le peuple de Christ
puisse bénéficier d'un programme spirituel complet.
Dans le domaine de l'éducation il doit y avoir un certain équilibre entre la liberté
et la responsabilité académiques. La liberté dans toute relation humaine est toujours
limitée et jamais absolue. Celle d'un enseignement dans une école chrétienne, un collège
ou un séminaire est limitée par la prééminence de Jésus-Christ, par la nature autoritaire
des Écritures et par l'objectif distinct pour lequel l'école existe.

XIII. La Gestion des Biens Matériels

Dieu est la source de toutes les bénédictions aussi bien temporelles que
spirituelles; nous lui devons tout ce que nous sommes et tout ce que nous avons. Les
chrétiens ont une dette spirituelle envers le monde entier, ils doivent donc démontrer de
la fidélité dans la propagation de l'Évangile et de la sagesse dans l'administration de leur
biens. Ils ont aussi l'obligation de mettre leur temps, leurs talents, et leurs biens au
service de Dieu. Dans la reconnaissance que tous ces éléments leur ont été confiés par
Dieu, ils les mettent au service d'autrui. Selon la Bible, les chrétiens doivent donner de
leurs biens avec joie et de façon régulière, systématique, proportionnelle et généreuse afin
que la cause de Christ s'avance dans le monde

XIV. La Coopération

Le peuple de Christ doit, quand l'occasion se présente, organiser des associations
et des conventions pour maximiser la coopération lors d'entreprises destinées à
l'avancement du Royaume de Dieu. Ces organisations n'ont aucune autorité l'une sur
l'autre ou sur les églises locales. Le but de ces organisations volontaires et consultatives
est d'obtenir, d'allier et de diriger les énergies de tous afin de réaliser une oeuvre efficace.
Les fidèles des églises néo-testamentaires devraient se collaborer les uns avec les autres
pour soutenir les ministères missionnaires, éducationnels et charitables pour l'avancement
du Royaume de Christ.
L'unité chrétienne, dans le sens néo-testamentaire, signifie l'harmonie spirituelle
et la coopération volontaire des différents groupes du peuple de Dieu en vue d'un objectif
commun. La collaboration est souhaitable entre les diverses dénominations chrétiennes
quand le but à atteindre est justifié, quand une telle collaboration peut se faire en bonne
conscience, sans compromettre notre loyauté à Christ ou à sa Parole tel que révélée dans
le Nouveau Testament.

XV. Le Chrétien et l'Ordre Social

Tout chrétien a l'obligation de rechercher et de promouvoir la volonté de Dieu
autant dans sa propre vie que dans la société qui nous entoure. Les méthodes et les
moyens que nous pouvons employer pour améliorer le comportement de la société et
pour l'établissement de la justice parmi les hommes ne seront fructueux et permanents
que s'ils sont enracinés dans la régénération de l'individu par la grâce de Dieu en Christ
Jésus. Le chrétien doit s'opposer à toute forme et cupidité, d'égoïsme de d'injustice.
Il lui faudra aussi s'occuper des orphelins, des nécessiteux, des délaissés et des
malades. Les chrétiens doivent s'efforcer de convaincre l'industrie, les gouvernements et
la société en générale de ne jamais oublier les principes de justice et d'amour fraternel
quand ceux-ci doivent prendre des décisions. Pour atteindre ces objectifs, les chrétiens
doivent être prêts à s'impliquer dans toutes les causes justes en se joignant aux hommes
de bonne volonté et en gardant toujours un esprit d'amour sans jamais compromettre leur
fidélité à Christ et à sa vérité.

XVI. La Paix et la Guerre

En nous basant sur les principes de justice, c'est le devoir des chrétiens de faire
tout en leur pouvoir pour convaincre les hommes de rechercher la paix entre eux et de
mettre fin à la guerre. A vrai dire, la seule solution à l'esprit de guerre c'est l'Évangile de
notre Sauveur; pour résoudre leurs problèmes, ce dont les hommes ont vraiment besoin,
ce sont les enseignements de Christ, de ses doctrines, de sa loi et de son amour.

XVII. La Liberté Religieuse

Dieu est le Seigneur de la conscience mais il nous a laissés libres d'accepter ou de
rejeter les doctrines et les décrets des hommes qui pourraient être justes ou contraire à ce
qui est dit dans sa Parole. L'Église et l'État doivent rester séparés, quoique l'État doive
assurer aux églises la protection et l'entière liberté dans la poursuite de leurs objectifs
spirituels sans favoriser quelque dénomination ou groupement ecclésiastiques.
Puisque le gouvernement civil est institué par Dieu, le devoir des chrétiens est
d'obéir fidèlement à toute décision gouvernementale qui n'est pas contraire à la volonté
révélée de Dieu. De son côté, l'Église ne doit pas recourir au pouvoir civil dans
l'accomplissement de son travail.
L'Évangile de Christ ne contemple que les moyens spirituels pour la poursuite de
ses objectifs. L'État n'a pas le droit d'imposer des restrictions pour les opinions
religieuses; une Église dans un pays libre est l'idéal chrétien. Cela signifie que tous
devraient, en toute liberté et sans aucune entrave, pouvoir s'approcher de Dieu, de
pouvoir garder leurs propres opinions religieuses et de pouvoir les propager sans que le
pouvoir civil ne s'y mêle.

XVIII. La Famille

Dieu a ordonné que la famille soit l’institution fondamentale de la société
humaine. Elle est composée de personnes en relation l’une avec l’autre par le mariage,
par le sang ou par l’adoption.
Le mariage est l’union d’un homme et d’une femme dans une obligation
d’alliance qui dure à vie. C’est l’unique don de Dieu de révéler l’union entre Christ et
Son Église et de donner à l’homme, ainsi qu’à la femme en mariage, le cadre d’une
camaraderie intime, le moyen d’une expression sexuelle selon les normes bibliques et le
moyen de procréation de la race humaine.
L’homme et la femme sont d’une valeur égale devant Dieu, tous les deux étant
créés à l’image de Dieu. Le mariage est le modèle de la relation de Dieu avec Son peuple.
Le mari doit aimer sa femme comme Christ a aimé l’Église. Il a la responsabilité divine
de pourvoir aux besoins de sa famille, de la protéger et de la diriger. La femme se soumet
gracieusement au leadership serviable de son mari comme l’Église se soumet
volontairement à Christ son chef. La femme, créée à l’image de Dieu comme son mari,
donc, égale à lui, a la responsabilité que Dieu lui donne de respecter son mari et de servir
comme son aide dans la gérance du foyer et l’éducation de la génération suivante.
Du moment de leur conception, les enfants sont une bénédiction et un héritage du
Seigneur. Les parents ont la responsabilité d’être un exemple à leurs enfants du mariage
que Dieu ordonne. Les parents doivent enseigner à leurs enfants les valeurs morales et
spirituelles, de les guider par un mode de vie cohérent et une discipline d’amour ainsi que
de faire des choix basés sur la vérité biblique. Les enfants doivent honorer et obéir à leurs
parents.